Page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Symbolisme Index du site Symbolisme Vers la page suivante

Sommaire du site

LES IMAGES DE LA FEMME

Le Dimanche par Henri Le Sidaner

Prolongeant le rêve de pureté entretenu par les romantiques, les symbolistes donnent parfois une allure virginale. Par exemple, dans cette toile, Henri Le Sidaner peint un groupe de jeunes filles vêtues de blanc. Leurs poses calmes donnent une impression de parfaite harmonie à la scène, ce qu'accentuent encore les bosquets de fleurs et, surtout, une lumière pâle qui adoucit toutes les teintes. Même le paysage urbain qui compose l'arrière-plan de la toile participe à l'impression de pureté de l'ensemble. Enfin, le titre de l'œuvre, Le Dimanche, confirme les intentions du peintre.


Maternité par Pierre Puvis de Chavannes

 

Chez Puvis de Chavannes aussi la femme renvoie à un monde de sérénité. Dans Maternité, le peintre a composé une scène idyllique où à la fois la Mère et la Nature semblent inviter les deux enfants au bonheur et au repos.



L'Espoir I par Gutav Klimt

 

Ici, cependant, dans cette toile du Viennois Gustav Klimt intitulée L'Espoir, la maternité n'a plus rien de rassurant. En effet, la femme enceinte et l'enfant qu'elle porte sont menacés par des figures déformées incarnant la perversité et la mort. Toutefois, le regard plein d'assurance de la femme, sa fierté, sa liberté à l'égard des tabous sexuels, liberté qu'elle démontre en exhibant son corps nu, tout cela met en valeur les puissances de la vie. Il faut d'ailleurs remarquer que l'innocence et la sérénité qui dominaient les œuvres précédentes sont ici absentes. C'est au contraire la sexualité qui s'affiche ici. Il est enfin typique de l'art des dernières années du dix-neuvième siècle et des premières du vingtième que cette sexualité apparaisse dans un environnement inquiétant.

 


Judith par Gustav Klimt

 

Cette œuvre de Klimt, Judith, confirme le caractère morbide que prend souvent la représentation de la sexualité au tournant du siècle. Rappelons d'abord que Judith est une héroïne juive. La Bible dit d'elle qu'elle séduisit Holopherne, un général ennemi du peuple juif, puis lui trancha la tête alors qu'il était endormi auprès d'elle. Chez Klimt, l'agressivité du personnage de Judith se perçoit d'abord par ses doigts repliés comme des serres dans les cheveux d'Holopherne. Les bijoux portés aux poignets et, surtout, les motifs géométriques qui ressortent de l'arrière-plan pour envahir les personnages accentuent l'étrange sensualité de cette scène de mort. Notons enfin les espèces de rubans blancs qui serpentent le long du corps de Judith : en semblant déchirer la toile, ces rubans donnent encore plus d'acuité à la représentation du meurtre.


L'Apparition par Gutave Moreau

 

 

Cette toile de Gustave Moreau, L'Apparition, montre une autre scène biblique. Cette fois-ci, le personnage féminin est Salomé, celle-là même qui dansa pour son oncle Hérode et qui demanda en récompense la tête de Jean Baptiste. Encore ici, donc, la sensualité et le désir mènent à la mort.


Salomé embrassant la tête de Saint Jean par Lucien Lévy-Dhurmer

Cette toile de Lucien Lévy-Dhurmer, Salomé embrassant la tête de Saint Jean, est inspirée du même récit biblique que l'œuvre qui l'a précédée dans cette séquence. On y trouve d'ailleurs la même sensualité mêlée de perversion que chez Moreau. À ce propos, il faut rappeler qu'outre Moreau et Lévy-Dhurmer, de nombreux artistes symbolistes ont travaillé à partir du personnage de Salomé : des peintres comme Mucha ou l'Allemand Von Stuck, des écrivains comme Oscar Wilde, Laforgue, Apollinaire ou Mallarmé (chez Mallarmé, Salomé prend le nom qui, dans la Bible, est celui de sa mère, Hérodiade), des musiciens comme Florent Schmitt ou Richard Strauss se sont tous intéressés à cette figure féminine à la fois fascinante et perverse. On est bien loin ici des images rassurantes de la femme retrouvées chez Le Sidaner et Puvis de Chavannes. Il faut se rappeler, cependant, que, dans ces œuvres-là, la sexualité était absente.


Page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Symbolisme Vers l'index du site Symbolisme Vers la page suivante
Symbolisme  ©Jacques Lemaire, 1999-2017