Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Romantisme Vers l'index des titres Vers la page Chronologie du Romantisme Vers la page suivante

Sommaire du site

LA NUIT

Nuit bleue à Venise par Arthur Melville

La nuit est l'un des univers les plus typiques du romantisme. Déjà, au milieu du 18e siècle, Edward Young, l'un des précurseurs anglais du mouvement, composait ses Night-Thoughts on Life, marquant ainsi qu'à côté des lumières de la raison d'autres beautés, plus troubles, pouvaient être révélées.

De fait, si les romantiques sont si fascinés par la nuit, c'est d'abord parce qu'elle laisse une place privilégiée au mystère et au rêve. La nuit, les contraintes liées à la communauté humaine, celles de la société et du travail, toutes les entraves de la vie ordinaire que les romantiques jugent si médiocre, tout cela s'efface sous un lourd voile noir. Les contours flous enveloppent toutes les choses et, comme dans la série des Nuits de Musset, ils permettent aux visions les plus irréelles de s'imposer.

À cet égard, le titre de l'unique recueil d'Aloysius Bertrand, Gaspard de la Nuit, est parfaitement représentatif du romantisme: d'ailleurs, le fantastique qu'on retrouve dans ce livre, avec ses êtres inquiétants pareils à ceux qui parlent à l'heure de nos cauchemars, ne peut s'imaginer que sous le règne des ténèbres.

Chez d'autres poètes, la nuit, plutôt que de se rapprocher du fantastique comme chez Musset ou Bertrand, doit être associée à une symbolique du déclin de la vie humaine. Dès lors, comme l'automne avant l'hiver, le crépuscule précédant la nuit représente les derniers feux de l'existence avant que la mort recouvre tout. C'est ce spectacle que décrit Hugo dans ses Soleils couchants; c'est aussi cette beauté immense et nostalgique que, bien qu'il soit d'une autre génération que les romantiques, Baudelaire nous fera ressentir dans Recueillement, l'un de ses plus beaux poèmes.

Terminons en rappelant que, si le thème de la nuit a été assez peu présent chez les peintres romantiques (ce qui n'a rien de surprenant tant ces artistes s'intéressaient aux couleurs), il a au contraire été au centre des préoccupations de plusieurs musiciens du début du 19e siècle. Pensons ici aux nocturnes de Field ou de Chopin, aux Nachstücke de Schumann. Du côté de l'opéra, la scène de la Vallée du Loup dans le Freischütz de Weber et, surtout, l'ensemble du Tristan et Isolde de Wagner montrent parfaitement comme l'univers nocturne a, chez les romantiques, transcendé les genres.

La Nuit

Aloysius Bertrand


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Romantisme Vers l'index du site Lamartine Vers la chronologie du Romantisme Vers la page suivante
  Romantisme  ©Jacques Lemaire, 1999-2017