Vers la page précédenteVers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Nerval Vers l'index des titres Vers la page Chronologie de Nerval

Sommaire des poèmes

LE SOUPER DES PENDUS

(Imité des Repues franches de maître François Villon.)

Le Bal des pendus (anonyme)0n ne s'entendait plus ce soir-là, au cabaret de la Rose-Rouge. Les cris, les coups sur la table, les chansons criées à tue-tête faisaient trembler sur leurs rayons les pots et les assiettes de l'hôte, et assourdissaient ceux des assistants qui étaient venus chercher un honnête divertissement, en savourant paisiblement un canon de vin de Suresnes dans les hanaps d'étain de maître Raymond. Trois écoliers de Montaigu, les plus fermes colonnes de l'endroit, avaient été le matin merveilleusement heureux au jeu des tarots, et les angelots et les testons commençaient à prendre le chemin de leur poche à celle de l'hôte de la Rose-Rouge, opération des plus bruyantes, à ce qu'il paraissait. Les fumées des vins recherchés de Coucy et d'Orléans montaient à la tête de nos gens et les vanteries les plus extravagantes se succédaient sans borne ni mesure. C'était plaisir que d'entendre leurs beaux récits : ce n'étaient que guet roulé dans le ruisseau, que bourgeois rossés, que bourgeoises, voire même nobles dames induites à mal par nos galants. Enfin, comme deux d'entre eux venaient d'affirmer qu'ils ne craignaient ni roi, ni roc, ni gendarmes, ni diables, le troisième s'écria d'une voix de tonnerre : Je parie pourtant que vous ne viendriez pas demain souper avec moi sous les gibets de Montfaucon, à l'heure où la lune monte à l'horizon, où le vent du soir siffle à travers les os des pendus.

- Combien paries-tu ? dirent les autres.

- Quatre beaux écus au soleil

- Tope.

Le lendemain, comme la lune montait à l'horizon et que le vent du soir sifflait à travers les os des pendus, nos trois compagnons grimpèrent sur la colline de Montfaucon, non pas seuls, mais accompagnés de trois beautés frisques, galantes et joyeuses, à qui ceinture dorée tenait lieu de bonne renommée et que l'espoir d'un fin souper avait déterminées à passer sur les inconvénients de la salle de banquet. Il est vrai que la proposition leur en avait été faite à la suite d'un dîner propre à les munir d'une ample provision de cœur au ventre.

On étala les provisions sur la terre maudite : langues fumées, jambons, tripes et godebillaux, rien n'y manquait, quoique ce fût un vendredi du saint temps de carême; six bouteilles de vin et quatre bouteilles d'hypocras complétaient le service. Chacun prit sa donzelle sur ses genoux et l'on se disposa, après quelques caresses plus familières, à diriger l'attaque contre les munitions de bouche.

Et cependant les corbeaux croassaient dans l'air en quittant les cadavres qui venaient de leur fournir le repas du soir, et les chouettes sinistres volaient en rond autour des potences de pierre.

Et voici que deux voix aiguës et lamentables entonnèrent avec de bizarres modulations le chant qui suit :

La pluie nous a bués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis :
Pies, corbeaux, nous avons les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais, nul temps, nous ne sommes rassis.
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesse nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que déz à coudre I

Les deux pendus, descendant lentement de leurs gibets, commencèrent à entrer en danse avec agilité.

La bande joyeuse resta glacée d'épouvante, puis, prenant leurs jambes à leur cou, gars et fillettes évacuèrent rapidement la place et abandonnèrent aux citoyens de l'autre monde vins, jambons, et caetera.

- Oh ! oh ! firent les pendus, en examinant pièce par pièce les trophées appétissants de leur victoire.

Et ils s'assirent gravement l'un vis-à-vis de l'autre.

- A ta santé, compère !

- A la tienne, dirent les pendus en se saluant poliment et ils burent à même des bouteilles, tout comme de simples mortels.

Et il parut que la cravate de chanvre ne leur avait pas rétréci le gosier et que le grand soleil auquel ils s'étaient trouvés exposés les avait étrangement altérés; car ils expédièrent en moins d'une demi-heure le repas préparé pour six personnes de très bon appétit, avalèrent proprement quatre bouteilles de vin et deux bouteilles d'hypocras et ces pendus économes et rangés mirent le reste dans leur poche.

Puis les deux pendus, se tenant sous le bras et trébuchant quelque peu, se mirent en devoir de regagner, non pas leur demeure aérienne, mais bien le quartier de l'Université, qu'ils ne retrouvèrent pourtant pas cette nuit-là, car, ayant voulu battre le guet dans la rue de la Huchette, le susdit guet, sans égard pour leur qualité de citoyens du sombre empire, les mena coucher en prison.

C'étaient deux étudiants du collège d'Harcourt qui, ayant entendu le projet de leurs camarades de Montaigu, avaient ainsi mis fin à la glorieuse entreprise de leur ribler leur souper.


Vers la page précédenteVers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Nerval Vers l'index du site Lamartine Vers la chronologie de Lamartine

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Gérard de Nerval ©Jacques Lemaire, 1999-2003