Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Moréas Vers l'index des titres Page suivante

Sommaire des poèmes

STANCES

(extraits)

 

Philosophe méditant (détail) par Rembrandt

Les roses que j'aimais s'effeuillent chaque jour ;
Toute saison n'est pas aux blondes pousses neuves ;
Le zéphyr a soufflé trop longtemps ; c'est le tour
Du cruel aquilon qui condense les fleuves.

Vous faut-il, Allégresse, enfler ainsi la voix,
Et ne savez-vous point que c'est grande folie,
Quand vous venez sans cause agacer sous mes doigts
Une corde vouée à la Mélancolie ?

*

Ne dites pas : la vie est un joyeux festin ;
Ou c'est d'un esprit sot ou c'est d'une âme basse.
Surtout ne dites point : elle est malheur sans fin ;
C'est d'un mauvais courage et qui trop tôt se lasse.

Riez comme au printemps s'agitent les rameaux,
Pleurez comme la bise ou le flot sur la grève,
Goûtez tous les plaisirs et souffrez tous les maux ;
Et dites : c'est beaucoup et c'est l'ombre d'un rêve.

*

Que je suis las de toi, Paris, et de l'automne !
Que je languis souvent
De voir le champ qui ploie et la mer qui moutonne
Au souffle d'un bon vent !

Mais quel philtre jamais, Paris, de quelle sorte,
Me vaudra ta rancœur ?
Ô novembre, tu sais que c'est ta feuille morte
Qui parfume mon cœur.


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Moréas Vers l'index du site Moréas Page suivante

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Jean Moréas  ©Jacques Lemaire, 1999-2017