Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Moréas Vers l'index des titres Vers la page suivante

Sommaire des poèmes

NOCTURNE

Mort, où est ta victoire? par Jan Toorop

Wisst ihr warum der Sarg wohl
So gross und schwer mag sein ?
Ich legt' auch meine Liebe
Und meinen Schmerz hinein.

HEINRICH HEINE.

I

Toc toc, toc toc, - il cloue à coups pressés,
Toc, toc, - le menuisier des trépassés.

« Bon menuisier, bon menuisier,
Dans le sapin, dans le noyer,
Taille un cercueil très grand, très lourd,
Pour que j'y couche mon amour. »


II

Toc toc, toc toc, - il cloue à coups pressés,
Toc, toc, - le menuisier des trépassés.

« Qu'il soit tendu de satin blanc
Comme ses dents, comme ses dents ;
Et mets aussi des rubans bleus
Comme ses yeux, comme ses yeux. »

III

Toc toc, toc toc, - il cloue à coups pressés,
Toc, toc, - le menuisier des trépassés.

« Là-bas, là-bas près du ruisseau,
Sous les ormeaux, sous les ormeaux,
À l'heure où chante le coucou,
Un autre l'a baisée au cou. »


IV

Toc toc, toc toc, - il cloue à coups pressés,
Toc, toc, - le menuisier des trépassés.

« Bon menuisier, bon menuisier,
Dans le sapin, dans le noyer,
Taille un cercueil très grand, très lourd,
Pour que j'y couche mon amour. »


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Moréas Vers l'index du site Moréas Vers la page suivante

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Jean Moréas  ©Jacques Lemaire, 1999-2017