Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Laforgue Vers l'index des titres Vers la page Chronologie de Laforgue Vers la page suivante

Sommaire des poèmes

LES APRÈS-MIDI D'AUTOMNE

Fin d'après-midi. Giverny par Guy Rose

Oh ! les après-midi solitaires d'automne !
II neige à tout jamais. On tousse. On n'a personne.
Un piano voisin joue un air monotone ;
Et, songeant au passé béni, triste, on tisonne.

Comme la vie est triste ! Et triste aussi mon sort.
Seul, sans amour, sans gloire ! et la peur de la mort !
Et la peur de la vie, aussi ! Suis-je assez fort ?
Je voudrais être enfant, avoir ma mère encor.

Oui, celle dont on est le pauvre aimé, l'idole,
Celle qui, toujours prête, ici-bas nous console !...
Maman ! Maman ! oh ! comme à présent, loin de tous,

Je mettrais follement mon front dans ses genoux,
Et je resterais là, sans dire une parole,
À pleurer jusqu'au soir, tant ce serait trop doux.


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Laforgue Vers l'index du site Laforgue Vers la chronologie de Laforgue Vers la page suivante

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Jules Laforgue ©Jacques Lemaire, 1999-2017