Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Lautréamont Vers l'index des titres

CHRONOLOGIE

1846

Naissance, le 4 avril, à Montevideo (Uruguay), d'Isidore Lucien Ducasse. Son père, François, a été instituteur dans la région de Tarbes et il a émigré en Uruguay en 1839 où il travaille comme commis au consulat. En 1846, l'Argentine et l'Uruguay sont en guerre, ce que Ducasse évoquera d'ailleurs à la fin du premier des Chants de Maldoror. Ce conflit ne s'achèvera qu'en 1851.

1847

Le 9 décembre, la mère d'Isidore Ducasse meurt.

1856

François Ducasse devient chancelier du consulat de France à Montevideo.

1859

À partir d'octobre, Isidore Ducasse est interne au lycée impérial de Tarbes où il restera jusqu'à la fin de l'année scolaire 1861-1862.

1863

Ducasse entre comme interne au lycée impérial de Pau. On ne sait dans quelle institution il fut inscrit pendant l'année scolaire 1862-63.

1865-1866

Ducasse prépare, au lycée de Pau, un baccalauréat en sciences, mais rien indique qu'il ait réussi ses examens.

1867

Ducasse part, le 21 mai, pour Montevideo et il reviendra en France à la fin de l'année. Il s'installera alors à Paris, probablement dans un hôtel de la rue Notre-Dame-des-Victoires.

1868

Le chant premier des Chants de Maldoror est imprimé en août par l'Imprimerie Ballitout, Questroy et Cie. Il semble que ce ne soit qu'en novembre que la vente de l'oeuvre, qui n'était alors pas signée, ait commencé. Elle se vendait 30 centimes. Remarquons aussi que Georges Dazet, un ami connu au lycée de Tarbes, est nommé dans cette version du premier chant. Le 10 novembre, Ducasse envoie une lettre à Victor Hugo, accompagnée d'un exemplaire de l'unique chant publié de Maldoror.

1869

En janvier, une seconde édition du premier chant est imprimée, à Bordeaux, dans les Parfums de l'âme, recueil collectif édité par Évariste Carrance. Pendant l'été, la version définitive et complète de Maldoror, celle qui est signée du nom de Lautréamont, est envoyée en Belgique pour y être publiée. En octobre, Ducasse habite rue du Faubourg-Montmartre.

1870

En avril, la première partie des Poésies est complétée ; la seconde le sera en juin. Depuis le mois de mars, Ducasse habite rue Vivienne, l'un des lieux mis en scène au sixième des Chants de Maldoror. Le 24 novembre, dans un Paris assiégé par les troupes de la IIIe république, Isidore Ducasse meurt. Un service religieux aura lieu les jours suivants en l'église Notre-Dame-de-Lorette.

1886

Léon Bloy consacre quelques paragraphes, dans son roman Le Désespéré, à l'oeuvre de Ducasse. En 1890, dans Le Cabanon de Prométhée, articlle paru dans La Plume, Bloy écrit de nouveau à propos des Chants de Maldoror. C'est le mythe du génie fou qui est alors colporté.

1891

Remy de Gourmont signale les principales variantes des Chants et annonce l'existence des Poésies.

1919

André Breton recopie les deux parties des Poésies à partir des exemplaires disponibles à la Bibliothèque nationale.


Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Lautréamont Vers l'index du site Lautréamont

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

  Le Comte de Lautréamont (Isidore Ducasse)
 ©Jacques Lemaire, 1999-2017