site Lautréamont

Isidore Ducasse, comte de Lautréamont

Isidore Ducasse, qui se donna le pseudonyme de comte de Lautréamont, est né le 4 avril 1846 à Montevideo, en Uruguay. Il est essentiellement l'auteur de deux Œuvres: les Chants de Maldoror, qui furent composés en 1868-69 et que nous reproduisons ici, et les Poésies qui furent publiés en 1870, l'année même où mourut son auteur.

Depuis le début du dix-neuvième siècle, d'abord avec l'exemple des romantiques puis avec celui de Baudelaire, l'anticonformisme est à l'honneur en littérature; Lautréamont pousse cette attitude aussi loin que possible. Au plan moral, les Chants de Maldoror s'attaquent à l'Humanité, à Dieu lui-même, les scènes sadiques sont d'une violence extrême, sans compter que les tabous sexuels, notamment la pédérastie et la bestialité sont tour à tour exploités. Au plan stylistique, le jeu des métaphores et des comparaisons (par exemple, la série des beau comme...) est d'une originalité exemplaire, ce qui n'empêche pas l'auteur de recourir, ailleurs, au plagiat, comme s'il s'agissait aussi d'assumer ce qui, en littérature, constitue le péché suprême. Aucune règle, ni celles du réalisme ni celles de la logique, n'est respectée. Un homme peut tout aussi bien être fait d'os et de chair que de pierre et si le héros, Maldoror, ressemble parfois à un bandit parcourant le monde à toute vitesse, parfois mêlé aux oiseaux, parfois mêlé aux poissons, ailleurs on dit de lui qu'il est immobile, figé depuis des siècles de manière telle que des bêtes ont pris comme nid des parties de son corps.

L'originalité absolue des Chants de Maldoror explique aisément, cela sans compter la mort prématurée de son auteur, que l’œuvre n'ait été connue qu'au vingtième siècle: il fallut attendre les surréalistes, puis des critiques comme Bachelard, Sollers et Kristeva pour que l'esthétique exacerbée et que l'ironie de Lautréamont trouvent ses lecteurs.

Remarquons pour finir que les Poésies de 1870 furent composées à contrepied des Chants de Maldoror. L'auteur déclaré n'est d'ailleurs plus Lautréamont, mais bien Isidore Ducasse. De plus, l'écrivain s'y présente comme un moraliste croyant au bien et qui n'a plus que faire des mensonges de la poésie et du lyrisme. De fait, la seconde partie de ce court recueil est constituée de reprises, inversées dans le sens d'une confiance aux hommes, de maximes de Pascal et de Vauvenargues, comme quoi la principale ligne de continuité entre Maldoror et les Poésies est le recours au plagiat.

Les Chants de Maldoror peuvent aussi être téléchargés en version PDF.

Jacques Lemaire, webmestre


Poetes.com | Plan du site Poetes.com | Sommaire du site Lautréamont | Chronologie

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Comte de Lautréamont
 ©Jacques Lemaire, 1999-2017