Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index des titres Vers la page Chronologie de Bertrand Vers la page suivante

Sommaire des poèmes

LA RONDE SOUS LA CLOCHE

A M. Louis Boulanger, peintre

Dessin d'Aloysius Bertrand

C'était un bâtiment lourd, presque carré, entouré de ruines,
et dont la tour principale, qui possédait
encore son horloge, dominait tout le quartier.

Fenimore Cooper.

Douze magiciens dansaient une ronde sous la grosse cloche de Saint-Jean. Ils évoquèrent l'orage l'un après l'autre, et du fond de mon lit je comptai avec épouvante douze voix qui traversèrent processionnellement les ténèbres.

Aussitôt la lune courut se cacher derrière les nuées, et une pluie mêlée d'éclairs et de tourbillons fouetta ma fenêtre, tandis que les girouettes criaient comme des grues en sentinelle sur qui crève l'averse dans les bois.

La chanterelle de mon luth, appendu à la cloison, éclata; mon chardonneret battit de l'aile dans sa cage; quelque esprit curieux tourna un feuillet du Roman de la Rose qui dormait sur mon pupitre.

Mais soudain gronda la foudre au haut de Saint-Jean. Les enchanteurs s'évanouirent frappés à mort, et je vis de loin leurs livres de magie brûler comme une torche dans le noir clocher.

Cette effrayante lueur peignait des rouges flammes du purgatoire et de l'enfer les murailles de la gothique église, et prolongeait sur les maisons voisines l'ombre de la statue gigantesque de saint Jean.

Les girouettes se rouillèrent; la lune fondit les nuées gris de perle; la pluie ne tomba plus que goutte à goutte des bords du toit, et la brise, ouvrant ma fenêtre mal close, jeta sur mon oreiller les fleurs de mon jasmin secoué par l'orage.


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index du site Bertrand Vers la chronologie de Bertrand Vers la page suivante

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Aloysius Bertrand  ©Jacques Lemaire, 1999-2017