Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index des titres Vers la page Chronologie de Bertrand Vers la page suivante

Sommaire des poèmes

LA POTERNE DU LOUVRE

Ce nain était paresseux, fantasque, et méchant;
mais il était fidèle, et ses services étaient agréables à son maître.

Walter Scott. - Le Lai du ménestrel

Le Louvre (le mois d'octobre, extrait des Très riches heures du duc de Berry) par les frères LimbourgCette petite lumière avait traversé la Seine gelée, sous la tour de Nesle, et maintenant, elle n'était plus éloignée que d'une centaine de pas, dansant parmi le brouillard, ô prodige infernal ! avec un grésillement semblable à un rire moqueur.

« Qui est-ce là ?» cria le suisse de garde au guichet de la poterne du Louvre.

La petite lumière se hâtait d'approcher, et ne se hâtait pas de répondre. Mais bientôt apparut une figure de nabot, habillée d'une tunique à paillettes d'or et coiffée d'un bonnet à grelots d'argent, dont la main balançait un rouge lumignon dans les losanges vitrés d'une lanterne.

« Qui est-ce là ? » répéta le suisse d'une voix tremblante, son arquebuse couchée en joue.

Le nain moucha la bougie de sa lanterne, et l'arquebusier distingua des traits ridés et amaigris, des yeux brillants de malice, et une barbe blanche de givre.

« Ohé ! ohé ! l'ami, gardez-vous bien de bouter le feu à votre escopette. Là ! Là ! Sang de Dieu ! Vous ne respirez que morts et carnage ! » s'écria le nain d'une voix non moins émue que celle du montagnard.

- L'ami vous-même ! Ouf ! Mais qui donc êtes-vous ? » demanda le suisse un peu rassuré. - Et il replaçait à son chapeau de fer la mèche de son arquebuse.

« Mon père est le roi Nacbuc, et ma mère la reine Nacbuca. Ioup ! loup ! iou ! » répondit le nain, tirant la langue d'un empan, et pirouettant deux tours sur un pied.

Cette fois le soudard claqua des dents. Heureusement il se ressouvint qu'il avait un chapelet pendu à son ceinturon de buffle.

« Si votre père est le roi Nacbuc, pater noster, et votre mère la reine Nacbuca, qui es in colis, vous êtes donc le diable, sanctificetur nomen tuum ? » balbutia-t-il demi-mort de frayeur.

- Eh ! non ! dit le porte-falot, je suis le nain de Monseigneur le roi qui arrive cette nuit de Compiègne, et qui me dépêche devant pour faire ouvrir la poterne du Louvre. Le mot de passe est : « Dame Anne de Bretagne et Saint-Aubin du Cormier. »


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index du site Bertrand Vers la chronologie de Bertrand Vers la page suivante

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Aloysius Bertrand  ©Jacques Lemaire, 1999-2017