Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index des titres Vers la page Chronologie de Bertrand Vers la page suivante

Sommaire des poèmes

LES GRANDES COMPAGNIES (1364)

Armée quittant un château par Jacques Callot

Urbem ingredientur, per muros carrent, domos conscendent,
per fenestras intrabunt quasi fur
.
Le Prophète Joël, cap. ii, V, 9.

I

Quelques maraudeurs, égarés dans les bois, se chauffaient à un feu de veille, autour duquel s'épaississaient la ramée, les ténèbres et les fantômes.

« Oyez la nouvelle ! dit un arbalétrier. Le roi Charles cinquième nous dépêche messire Bertrand du Guesclin avec des paroles d'appointement; mais on n'englue pas le diable comme un merle à la pipée ! »

Ce ne fut qu'un rire dans la bande, et cette gaieté sauvage redoubla encore, lorsqu'une cornemuse qui se désenflait pleurnicha comme un marmot à qui perce une dent.

« Qu'est ceci ? répliqua enfin un archer, n'êtes-vous point las de cette vie oisive ? Avez-vous pillé assez de châteaux, assez de monastères ? Moi, je ne suis ni soûl ni repu. Foin de Jacques d'Arquiel, notre capitaine ! - Le loup n'est plus qu'un lévrier. - Et vive messire Bertrand du Guesclin, s'il me soldoie à ma taille, et me rue par les guerres ! »

Ici la flamme des tisons rougeoya et bleuit, et les faces des routiers bleuirent et rougeoyèrent. Un coq chanta dans une ferme.

« Le coq a chanté et saint Pierre a renié Notre-Seigneur ! marmotta l'arbalétrier en se signant. »

II

« Noël ! Noël ! - Par ma gaîne ! Il pleut des carolus !

- Je vous en baillerai à chacun une boisselée ! -

Point de gab ?

- Foi de chevalerie !

- Et qui vous baillera, à vous, si grosse chevance ?

- La guerre.

- Où ?

- Es Espagnes. Mécréants y remuent l'or à la pelle, y ferrent d'or leurs haquenées. Le voyage vous duit-il ? Nous rançonnerons au pourchas les maures qui sont des philistins !

- C'est loin, messire, les Espagnes ! -

Vous avez des semelles à vos souliers.

- Cela ne suffit pas.

- Les argentiers du roi vous compteront cent mille florins pour vous bouter le cœur au ventre.

- Tope ! nous rangeons autour des fleurs-de-lys de votre bannière la branche d'épine de nos bourguignotes. Que ramage la ballade ?

Oh ! du routier
Le gai métier !

Eh bien ! vos tentes sont-elles abattues ? vos basternes sont-elles chargées ? Décampons. - Oui, mes soudrilles, plantez ici à votre départ un gland, il sera à votre retour un chêne ! »

Et l'on entendait aboyer les meutes de Jacques d'Arquiel qui courait le cerf à mi-côte.

III

Les routiers étaient en marche, s'éloignant par troupes, l'haquebutte sur l'épaule. Un archer se querellait à l'arrière-garde avec un juif.

L'archer leva trois doigts.

Le juif en leva deux.

L'archer lui cracha au visage.

Le juif essuya sa barbe.

L'archer leva trois doigts.

Le juif en leva deux.

L'archer lui détacha un soufflet.

Le juif leva trois doigts.

« Deux carolus ce pourpoint, Larron ! s'écria l'archer.

- Miséricorde ! En voici trois ! s'écria le juif. »

C'était un magnifique pourpoint de velours broché d'un cor de chasse d'argent sur les manches. Il était troué et sanglant.


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index du site Bertrand Vers la chronologie de Bertrand Vers la page suivante

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Aloysius Bertrand  ©Jacques Lemaire, 1999-2017