Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index des titres Vers la page Chronologie de Bertrand Vers la page suivante

Sommaire des poèmes

LE FALOT

Montage à partir de Gainsborough (Études d'un chat)

Le Masque. « Il fait noir; prête-moi ta lanterne.
Mercurio. - Bah ! les chats ont pour lanternes leurs deux yeux. »

Une nuit de carnaval.

Ah ! pourquoi me suis-je, ce soir, avisé qu'il y avait place à me blottir contre l'orage, moi petit follet de gouttière, dans le falot de Mme de Gourgouran !

Je riais d'entendre un esprit que trempait l'averse, bourdonner autour de la maison lumineuse, sans pouvoir trouver la porte par laquelle j'étais entré.

Vainement me suppliait-il, enroué et morfondu, de lui permettre au moins de rallumer son rat de cave à ma bougie pour chercher sa route.

Soudain le jaune papier de la lanterne s'enflamma, crevé d'un coup de vent dont gémirent dans la rue les enseignes pendantes comme des bannières.

« Jésus, miséricorde ! s'écria la béguine, se signant des cinq doigts. - Le diable te tenaille, sorcière », m'écriai-je, crachant plus de feu qu'un serpenteau d'artifice.

Hélas ! moi qui, ce matin encore, rivalisais de grâces et de parure avec le chardonneret à oreillettes de drap écarlate, du damoisel de Luynes !


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Bertrand Vers l'index du site Bertrand Vers la chronologie de Bertrand Vers la page suivante

   Résultats par page:

Type de correspondance: N'importe quel mot recherché Tous les mots

Aloysius Bertrand  ©Jacques Lemaire, 1999-2017