Vers Poetes.com Vers la page d'accueil du site  Baudelaire Vers l'Index des titres Vers la Chronologie de BaudelaireVers la page suivante

Sommaire des poèmes

TABLEAUX PARISIENS

Cette section a été créée avec l'édition de 1861 des Fleurs du Mal, celle que nous avons retenue ici. Baudelaire avait alors sélectionné huit poèmes qu'il avait placé, en 1857, dans Spleen et Idéal, et il leur a ajouté dix nouvelles pièces.

Le thème de la ville a longtemps été marginal en poésie, et c'est donc un univers esthétique neuf que Baudelaire aborde ici. Il avait pris acte de l'intérêt qu'un peintre comme Constantin Guys mettait à croquer des scènes tirées de l'univers urbain, et le poète a voulu à son tour rendre sensible ce qu'il y a d'éternel dans le spectacle toujours changeant qu'un monde tel Paris met en scène. De fait, le crime, la misère, la souffrance, la solitude, la vision fugitive de la beauté, rien de tout cela n'est spécifiquement urbain, mais la ville révèle ces traits avec une extraordinaire acuité, comme si l'indifférence absolue des foules, son empathie devant le malheur des autres, devait parfaitement mettre en valeur ce que la douleur a d'unique et de tragiquement solitaire.

Baudelaire exploitera de nouveau le thème de la ville dans Le Spleen de Paris. Il aura ouvert la voie à des artistes comme Verhaeren, Apollinaire et les Surréalistes; eux aussi sauront voir la poésie du pavé, des mouvements de foules et des destins anonymes.

Notons enfin que nous nous sommes permis d'ajouter un poème au cycle. Il s'agit de Recueillement, pièce magnifique, probablement composée quelques jours seulement après la mise sous presse de l'édition de 1861 des Fleurs du mal, et que Baudelaire n'a donc jamais pu insérer dans une publication régulière de son célèbre recueil.

Boulevard Montmartre, le matin par Camille Pissarro

Vers Poetes.com Vers la page d'accueil du site  Baudelaire Vers l'Index des titres Vers la Chronologie de BaudelaireVers la page suivante
 Charles Baudelaire
 ©Jacques Lemaire, 1999-2010